Jouer en mode nomade

Dernièrement, je suis resté sans jouer bien des semaines. C’est que je me suis aperçu que ma configuration chez moi ne me permettait pas facilement de jouer ailleurs.
Mon équipement, encore un peu de bric et de broc, n’est ni transportable ni autonome électriquement !
Si l’on me demandait de jouer pour des amis, s’il me prenait l’envie de jouer en vacances, à part connecter un casque directement à mon Ewi, je n’étais pas capable de grand chose !

J’ai décidé de rendre ma configuration plus nomade, plus transportable.
Je ne m’étais alors pas rendu compte que je me lançais un sacré défi !

Parmi tous mes matériels, de quoi avais-je besoin ?
– l’Ewi peut jouer sur batterie pendant de nombreuses heures
– l’XpressO nécessite une alimentation, soit sur secteur avec son adaptateur 12V/3A (36w/h), soit une solide batterie pour tenir plusieurs heures
– mon enceinte portable Marshall Killburn II a une bonne restitution et peut être autonome plusieurs heures sur batterie également
– si je veux jouer sur des accompagnements (karaoké, backing track…), j’ai besoin d’une tablette ou smartphone, qui dispose d’une batterie également
– mais cette dernière option impose l’ajout d’une table de mixage. Ma petite Behringer Xenyx Q502 USB nécessite également un recours au secteur (18,5V/250mA) ou une batterie externe.

Pour l’instant, les occasions de jouer « en plein air » sont plutôt rares. Je vais me contenter d’une version avec alimentation électrique pour l’XpressO et la Xenyx.
Ce qui donne ce petit schéma :

Il faut que je rôde cette configuration, notamment la « tablette » pour avoir un suivi fluide tant des partitions/notes que des backtracks vidéos (karaokés) ou mp3 seuls.
Je peux insérer les backtracks MP3 via une clé USB dans l’XpressO, mais les partitions/notes au format papier seront peu pratiques.
Pour une gestion numérique, mon smartphone (en mode avion) ou un petit lecteur MP3/MP4 peut faire l’affaire dans un premier temps.
Sous Androïd, une application comme Mobile Sheets Pro semble bien pratique pour cette gestion (sauf pour les backtracks au format vidéo).

Les évolutions possibles
– une petite tablette 8″ Android pourrait être bien plus confortable, à condition d’avoir suffisamment de RAM pour rester fluide.
– la bascule vers un iPad pourrait s’avérer judicieuse, vu le portage d’applications utiles comme Camelot ou de modules sonores (comme les excellents SWAM) sur iOS (hélas pas sur Android).
– une petite table de mixage sur piles ou batterie serait plus simple également,
– une enceinte type Bose S1 Pro serait encore mieux, mais au détriment de la portabilité car plus encombrante. Mais elle permet le mixage de plusieurs sources, ce qui éviterait l’emploi de la Xenyx
– une alimentation sur batterie pour l’XpressO semble incontournable également. Ingo Scherzinger (le créateur de l’XpressO) m’a indiqué un modèle que je regarderai prochainement.

À suivre…

4 thoughts on “Jouer en mode nomade

  1. Bonjour Fred.
    je viens de regarder ,d’écouter et lire ta page que je trouve très bien .
    Je suis comme toi un joueur amateur de l’ewi 5000 mais mon implication dans la MAO reste limité car pour moi un peu compliqué (trop vieux peut être 64 ans ) et surtout j’ai l’impression qu’elle me fait de perdre du temps au détriment du musicien . Pourtant elle m’attire au point d’acquérir diverses modules .
    je possède un ewi 5000, un sylphyo d’adoyo, une table de mixage alésis multimix 8,une carte son steinberg UR22,un ordi portable i5 window 10, un expandeur roland phamtom,,l’xpresso de dynasample, 2 enceintes active swissonic ASM 5,un ampli berhinger Ks 3000 et une enceinte portable power accoustic .un clavier Yamaha PSR 910
    Tu vois je commence à être équipé et pourtant j’ai du mal à relier tout ça .
    Et même le réglage de l’Ewi m’énerve car je n’arrive pas a obtenir des sons parfait sans distorsions lors de l’execution d’un morçeau. (malgré une concertation quotidienne sur le net audiofanzine,Saxfred ect…)
    Pourtant ,pour moi c’est le meilleur instrument car comparé au sylphyo les touches de changement d’octave sont difficile à maîtrisés par rapport aux rouleaux de l’ewi. Je ne pense pas que akai face l’ewi 6000 . Il reste le Nuerad mais vu le délai ( 2 ans d’attente ) je préfère attendre et qui sait !!!
    Si tu as des idées pour relier tous ces modules et contre les distorsions de l’ewi ,je suis preneur .
    NB – quand tu relies plusieurs modules entre eux il faudrait mettre sur les schémas les differents cables et ou les relier car même cela peut être compliqué pour un novice .
    Que penses tu de l’xpresso ?
    As tu essayé session horn pro pour les sons ?

    1. Bonjour Didier,
      Merci pour ce long commentaire et je me retrouve dans ce que tu énonces.
      Je t’envoie un mail à ton adresse pour des infos plus complètes.
      Mais d’ores et déjà, tu peux venir voir notre groupe dédié aux Ewis et à l’XpressO :
      https://groups.io/g/XpressoFR
      Tu trouveras des réponses et de l’aide sur les connexions et les difficultés techniques que tu rencontres.
      SaxFred (que tu cites) en fait partie, bien évidemment.
      Et nous sommes tous amateurs avec nos difficultés et nos découvertes à partager pour s’entraider.
      Concernant les schémas de câblages, je vais ajouter des précisions sur mes graphiques, tu as raison.
      Et comme je suis aussi un débutant sur ce point, cela me permettra d’améliorer ma pratique également.
      Je ne connais pas Session Horn Pro… je vais aller voir ça !
      Concernant l’Ewi, il faut commencer par le réinitialiser, si tu rencontres des difficultés.
      Et ensuite, si tu le relies à l’XpressO, il faut le calibrer en conséquence. Sur le site de DynaSample, tout est indiqué.
      SaxFred en a également parlé sur son blog (http://saxfred.1ere-page.fr/). Et nous l’évoquons bien sûr dans notre Groupe de discussion.
      En MAO, il faut adapter nos instruments aux modules auxquels on les relies. Parfois les réglages sont différents d’un module à l’autre.
      C’est agaçant mais c’est ainsi.
      Et concernant l’XpressO, c’est un module puissant, qu’il faut apprendre patiemment.
      Tout n’est pas livré « tout cuit », il faut affiner les réglages, mais les démonstrations de Ingo (le créateur) sont bluffantes.
      Donc la bête a un superbe potentiel. Il faut juste apprendre et pratiquer…
      À très vite au plaisir de discuter ensemble !
      Fred Ewi

    1. Bonjour,
      Pour l’instant, je n’ai aucun matériel Apple. J’y viendrai peut-être un jour…
      J’ai regardé Sample Tank, mais pas de démos de leurs instruments à vent. Dommage. Et pour ces instruments, rien de correct avant un sérieux investissement financier (version à 360€). La version gratuite n’apporte aucun instrument à vent. Pour jouer avec un EWI, c’est dommage.
      Sinon, il existe aussi sur Android et sur PC beaucoup de synthés logiciels dont certains sont dédiés aux EWI (les synthés à vent).
      Je pourrais citer notamment le Respiro de Imox Plus, qui permet beaucoup de choses et me tente depuis quelques temps.
      Sinon, beaucoup de synthés logiciels acceptent des plugins type VST : Kontakt de Native Instruments, SWAM de Audio Modeling, ou encore les plugings VSTi (instruments virtuels) comme présentés sur le site Le Petit Musicien.
      Mais merci pour l’info, je regarderai de temps en temps du côté de Sample Tank.
      Après tout, pour jouer en mode nomade, une tablette Android ou un iPad sont des « plus » intéressants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.